Histoire

LES PREMIERS HABITANTS

Les premiers habitants de nos terres furent les Abénakis. Ces derniers étaient une soixantaine et avaient installé leurs wigwams aux abords du lac William et du lac à la Truite. 

 

En 1804, le capitaine Amos Hall d'Hopkinton du New Hampshire effectua une expédition de chasse et de pêche et se rendit au lac à la Truite. Des Irlandais étaient déjà installés dans les environs depuis quelque temps. En poursuivant son expédition, il arriva à Maple Grove et découvrit à cet endroit un sol assez riche pour l'inciter à s'y installer avec sa femme et ses onze enfants. Pendant trois ans, il se prépara avec son fils à accueillir le reste de sa famille sur cette terre pleine de richesses. 

LES CHEMINS CRAIG ET GOSFORD

En 1810, le gouverneur du Bas-Canada, James Henry Craig, décida de créer un chemin pour relier la ville de Québec aux États-Unis. Ce nouveau chemin avait pour but d'aider la population d'ici en matière d'approvisionnement, celle-ci étant presque réduite à la famine. Elle avait également pour mission de favoriser la colonisation des Cantons-de-l'Est et ainsi développer le territoire. Ce sont 180 soldats de la garnison de Québec qui construisirent ce chemin. Il fut achevé le 1er novembre de la même année, soit seulement trois mois après le début des travaux. Ce chemin carrossable de plus de 110 kilomètres de long relia Saint-Gilles et Richmond. Son nom lui fut donné en l'honneur du gouverneur à l'origine de ce projet.

Le 14 janvier 1811, un service de diligences Québec-Boston fut officialisé. Deux diligences se relayaient à mi-chemin à Haverhill, au grand soulagement de bien des porteurs. Mais le service fut souvent perturbé. Le mauvais temps brisa les routes et dérangea les horaires. Effectivement, en 1829, le chemin Craig fut déclaré comme impraticable. C'est ce qui poussa le gouvernement à en modifier son tracé. 

 

En effet, ce fut le gouverneur du Bas-Canada, Archibald Acheson, comte de Gosford, qui donna l'autorisation en 1838 de construire un nouveau chemin. Le nouveau tracé contournait les obstacles naturels en passant par Sainte-Agathe, rejoignant Irlande tout en poursuivant vers Sherbrooke. Ce chemin fut inauguré en 1843 et se fit baptiser Gosford.

NOTRE HISTOIRE RELIGIEUSE

En 1830, le curé Michel Dufresne de Saint-Nicolas avait exploré la région et sur son instigation, quelques familles de colons de sa paroisse vinrent s'établir avec les Perreault,  les Simoneau et les Boucher.

En 1834, le Révérend Messire Ferdinand Gauvreau arriva avec un groupe de ses paroissiens, soit les Fortier, les Fréchette et les Côté. Ayant fait de cette expédition un rapport à l'Archevêque, M. Gauvreau fut nommé missionnaire pour cette nouvelle mission. Il la servit jusqu'en 1837. Nous croyons que le nom de notre municipalité lui a été donné en son honneur.

À quelques kilomètres de là, aux abords du lac Joseph, vivaient des Écossais récemment arrivés de l'Île d'Arran. Toutefois, les différences culturelles n'ont pas favorisé l'échange entre ces Écossais et les nouveaux colons.

Les nouveaux arrivants s'installèrent donc dans les environs du lac William. Chaque famille délimita son espace, commença le défrichage, se bâtit une maison et se fit un jardin. La construction du village de Saint-Ferdinand que nous habitons aujourd'hui vint de débuter.

C'est ici que s'arrête la présentation de l'histoire de Saint-Ferdinand, précisément là où tout commence. Tout simplement parce que le nombre d'informations et de faits est trop grand pour en faire un résumé. Nous vous conseillons toutefois de venir feuilleter le livre 150 ans de souvenirs 1834-1984 St-Ferdinand d'Halifax au bureau municipal où il est également possible de se le procurer.

(418) 428-3480

SUIVEZ-NOUS